Jour 8 / dag 8 : Liège / Luik

13/04/2013 : Luik

‘s Morgens werden we wakker om zeven uur en namen we een verfrissende douche, daarna aten we een lekker onbijt om de dag goed te starten.

Vervolgens werden er vier groepen gevormd om te discussiëren omtrent enkele specifieke zaken.

De eerste groep had een discussie met de leden van de vakbond CSC.

De tweede groep ontmoette enkele ‘nieuwe’ en ‘oudere’ mensen zonder papieren, dit waren personen van UDEP Luik. De discussie begon met het overlopen van de historiek en structuur van UPED in Luik en de geschiedenis van CRACPE. Aansluitend werd er gepraat over het belang van een nationale beweging om zaken in beweging te brengen en het belang van een correcte overbrenging van informatie, naar onder meer mensen zonder papieren.

De derde groep verdiepte zich in de verschillende manieren om personen op de hoogte te brengen van de problematiek en situatie van mensen zonder papieren.

De vierde en laatste groep had het ten slotte over verschillende vormen van actie voeren.

In de namiddag hadden we een uitwisseling met de mensen zonder papieren van Luik. We werden opgedeeld in drie groepen. De eerste ging naar het gesloten centrum van Vottem, voor een indirect bezoek en de ondersteuning van de personen die opgesloten zitten in het centrum, om aan te tonen dat deze niet altijd alleen zijn. Ze gingen mee met enkele personen die iedere zaterdag samenkomen voor deze solidaire actie.

De tweede groep participeerde in de actie « grains sans-papier». Deze actie strijdt voor de rechten van mensen zonder papieren en ze maken de vergelijking tussen specifieke granen die niet mogen worden verhandeld op de markt en mensen zonder papieren.

De derde groep vertrok naar het station van Guillemins om daar de sensibilisatie op Luiks niveau uit te breiden, door het verspreiden van flyers met daarop een pijl die de afstand tussen de inwoners en het gesloten centrum van Vottem aantoont.

Op het einde van deze actieve en drukke dag, gingen we verder met twee activiteiten; een theaterstuk gespeeld door enkele mensen zonder papieren en op hetzelfde moment een selectie van enkele korte films met getuigenissen die het hebben over de situatie, moeilijkheden en de realiteit van een leven zonder papieren.

Na een heerlijk avondmaal…………….was er « la Fiesta » ! Iedereen ontspande zich en profiteerde van de goede muziek, die de band tussen de stappers versterkte.

 ————————-

13/04/2013 : Liège

Réveil à 7h pour aller aux douches puis prendre un bon petit déjeuner pour bien commencer la journée.

Après ça, quatre groupes se sont formés pour discuter plus spécifiquement de différentes choses.

Le premier groupe avait une discussion avec des membres du syndicat du CSC.

Le deuxième groupe tournait autour de la rencontre entre ‘anciens’ et ‘nouveaux’ sans papiers. Il y avait des gens de l’UDEP Liège. La discussion a commencé par retracer l’histoire de l’UDEP à liège en parlant de la structure de ce dernier et de l’historique du CRACPE. Puis cela a continué en parlant de l’importance d’un mouvement national pour faire avancer les choses, et l’importance de la transmission d’informations: comment informer et communiquer avec les sans-papiers.

Le troisième groupe a parlé des argumentations possible à tenir en face de gens qui sont pas au courant de la problématique de la situation des sans papiers.

Le quatrième a parlé des types et des formes d’actions.

Dans l’après-midi on a fait un échange avec les sans-papiers de Liège.

Ensuite on a crée trois groupes.

Le premier est allé au centre fermé de Vottem, pour rendre visite indirecte et pour soutenir les détenus, pour faire preuve que ces derniers ne sont pas toujours seul. Il y a des personnes qui font cette action solidaire tout les samedis.

Le deuxième groupe a participé à une action : « graines sans-papier ». Qui consiste à lutter pour les droits des sans-papiers à travers le phénomène d’interdiction de certaines graines sur le marché.

Et le troisième groupe était à la gare des Guillemins afin d’élargir le champ de sensibilisation au niveau de Liège, en distribuant des flyers portant une flèche qui précise la distance entre les citoyens et le centre fermé de Vottem.

A la fin de cette journée animée et occupée, les activités ont continué avec une pièce théâtrale jouée par des sans-papiers, et en même temps une sélection de petits films de témoignages qui parlent de la situation, des difficultés et de la réalité d’une vie sans-papiers.

Après avoir manger un délicieux dîner, ça a été « la Fiesta »! Tout le monde a pu se relâcher et profiter de la bonne musique, celle qui renforce le rapprochement entre les marcheur-s-es !

Publicités

12/04/2013 – Antwerpen-Liège

Marche J7 –  12/04/2013– Antwerpen – Liège.

8h30, les premières têtes commencent à émerger des sacs de couchages.

On a pris le petit déjeuner à 9h comme chaque jour.

A 10h, après le rangement, le débat commence avec un responsable du syndicat des verts ACV (CSC) d’Anvers, qui travaille surtout sur la problématique des travailleurs migrants venus de l’est de l’Europe dans le domaine de la construction et des difficultés rencontrées suite à l’entrée de pays de l’Est dans l’union européenne. Cette adhésion en 2006 s’est suivi d’une possibilité des gens de l’est de travailler légalement dans les métiers en pénurie (comme la construction). Les syndicats ont à ce moment tenté de faire du travail d’information mais la mobilisation est principalement venue des femmes (polonaises, bulgares, roumaines…) qui travaillaient dans l’aide domestique et se retrouvaient dans une situation difficile (car pas métier en pénurie).

Pendant le débat, il y avait plein de questions sur tout ce qui concerne le soutien des syndicats aux sans papiers et ce qu’un syndicat peut offrir à un adhérent sans-papier. Il nous a donné quelques conseils et nous a montré leur soutien. Une adhésion (payante par mois) d’un sans papier à un syndicat ne peut apporter aucune aide à ce dernier, et toute adhésion serait a ce moment la juste l’expression d’un soutien a ce syndicat. Les questions ont tourné autour de l’action concrète des syndicats pour les sans-papiers et de leur positionnement. Il en est ressorti que actuellement les syndicats n’ont pas de positionnement clair et investi, leur action se centrant sur le travail légal et les conditions des travailleurs avec papiers. Il a été aussi question de créer des liens de solidarité entre les travailleurs avec et sans papiers. La question de la peur et la méfiance envers les sans papier a également été soulevé, cela par rapport à un esprit de concurrence et un sentiment de danger par rapport au travail et aux acquis. A été évoqué également, le peu de confiance qu’ont les gens envers les syndicats.

On a ensuite pris le déjeuner dans la salle à manger à l’étage, puis on s’est organisé en groupe pour diviser le nettoyage des locaux, pour laisser tout propre comme on essaye de faire pour tous les lieux.

On a marché ensemble jusqu’à la gare avec une super ambiance entre les marcheurs. D’une part, deux personnes nous ont quitté pour rentrer à Bruxelles, et d’autre part deux autres nous ont rejoint pour participer à la marche.

A14h30 on a pris le train direction Liège.

On a été accueillis chaleureusement par un groupe à la place Saint-Lambert à Liège, avec banderoles et percussions. Après une manifestation à travers la ville de Liège très animé et plein de énergie, on a rejoins le CSOA, un squat d’activités où on a mangé un délicieux chili sin carne. Après cette soirée bien sympa dans ce centre où s’organisent toutes les semaines des tables d’hôtes à prix libre, un atelier vélo, une friperie, une bibliothèque et beaucoup plus, on est partis au quartier Laveu pour dormir.

————

Mars Dag 7 – 12/04/013 – Antwerpen-Luik

8u30, de eerste hoofden priemen boven de slaapzakken uit. Om 9u zaten we aan het ontbijt, zoals elke dag.

Om 10u, na het opruimen, begint een debat met een verantwoordelijke van ACV in Antwerpen, die vooral aan de slag is rond de problematiek van arbeidsmigranten uit Oost-Europa, die aan de slag gaan in de bouwsector, en de moeilijkheden die zij ondervonden bij het aansluiten van deze landen bij de Europese Unie. Dit lidmaatschap in 2006 had tot gevolg dat deze Roemenen en Bulgaren legaal aan de slag konden in knelpuntberoepen (zoals bvb bouwberoepen). De syndicaten hebben op dit ogenblik gepoogd om hen te informeren, maar de mobilisatie lukte vooral voor Poolse, Bulgaarse en Roemeense vrouwen die in de huishoudsector actief zijn en zich in een moeilijke situatie bevinden (want dit is geen knelpuntberoep). Tijdens het debat waren er heel veel vragen over de steun van de vakbonden aan de mensen zonder papieren, en wat een vakbond een geaffilieerde sans papier aan diensten kan bieden. De vertegenwoordiger gaf ons enkele adviezen, en toonde ons hun steun. Er kwam echter de opmerking dat een affiliatie (betalend daarenboven) geen enkele hulp kan bieden, dat dit enkel een expressie is van steun aan de vakbond. Er werd heel concreet bevraagd wat de concrete acties voor mensen zonder papieren kunnen zijn, en wat de positie van de vakbond hierin is. Er werd gezegd dat op dit ogenblik de positie van de vakbonden niet echt duidelijk is, dat hun acties op het werk gericht zijn. Het ging erover om solidariteit te creëren tussen mensen zonder papieren en andere werkers. Tijdens het debat werd ook opgeworpen dat werkers heel wat schrik hebben van mensen zonder papieren, zowel wat betreft de concurrentie op de arbeidsmarkt als de verworvenheden. Eveneens kwam aan bod dat mensen zonder papieren weinig vertrouwen hebben in de vakbond.

Vervolgens lunchten we samen, en organiseerden we ons in groepen voor de schoonmaak van de lokalen, om alles proper achter te laten.

We stapten samen naar het station, in een supertoffe ambiance. Twee stappers zijn terug gekeerd naar Brussel, en twee anderen hebben zich vervoegd. Om half drie werden we hartelijk ontvangen door een groep op de place Saint-Lambert in Luik, met spandoeken en toeters en bellen. Na een zeer geanimeerde betoging door het centrum van Luik, zijn we aangekomen bij CSOA, een kraakpand waar activiteiten worden georganiseerd waar we een heerlijke chili con carne hebben gegeten. Na een zeer gezellige avond op een plek waar elke week volkskeukens worden georganiseerd, alsook een fietsatelier, tweedehanswinkel, een bibliotheek et nog vanalles zijn we vertrokken naar  Laveu om te slapen.

————–

 

11/4/2013 ANTWERPEN

Après une nuit reposante et un bon petit déjeuner offert par l’association Filet Divers nous avons commencé une assemblée entre les marcheurs. Après une explication du programme de la journée, nous avons lu et approuvé la lettre que quelques marcheurs ont rédigée le jour précédent en soutien aux Guinéens qui sont enfermés dans plusieurs centres fermés en Belgique. Nous craignons une expulsion collective en avion militaire dans les jours à venir! Nous avons également dû faire le deuil de la présence de Céline à la marche, mais elle a été remplacée par deux marcheuses très motivées avec plein d’énergies!

Le départ de Céline nous a amené à nous poser la question des raisons de chacun pour participer à la marche.

Les objectifs de la marche (rencontres et échanges dans les différentes villes avec les associations, migrants et militants, organiser la lutte au niveau nationale, échanger des expériences et réalités, créer une solidarité concrètes entre les migrants de toutes catégories et les belges partout en Belgique,….). L’idée est donc de construire une coordination, un plan d’action, réfléchir à comment organiser la lutte et créer un rapport de force afin que les politiques nous écoutent. On ne peut pas seulement se focaliser sur les instances politiques qui prennent des décisions de plus en plus répressives concernant la migration, mais il faut également chercher une solidarité et un soutien ailleurs. Les migrants doivent d’abord s’organiser, pour attirer par après d’autres mouvemen,ts et associations qui peuvent nous soutenir. Il faut dépasser les cas individuels, chercher nos points en commun et éviter la division juridique. Comment trouver des solutions collectives? On espère lancer des actions après la marche et nous devons y réfléchir durant la marche et surtout pendant les activités à Bruxelles du 17 avril.

Début de l’après midi, 25 marcheurs partent en ville pour visiter deux associations “Arm in Arm” et “Recht op”. Nous sommes très bien accueilli-e-s par les deux associations avec des fruits et des sandwiches. Une présentation et des témoignages de personnes vivant à Anvers s’en suivent. Le fil rouge de cette échange est que les personnes avec et sans papiers vivent au fond les mêmes problèmes : logement, trouver un travail décent, accès au services, faire valoir ses droits. “Arm in Arm” est une association qui travaille surtout avec des minorités ethnique à Anvers. Elle travaille autour de trois thématiques : les services de base, le logement et le travail. Un membre de l’association nous présente le travail qu’ils font sur le logement dans lequel ils ont prévu de logé une trentaine de familles avec papiers. Ils constatent que le logement à Anvers est très cher ou de mauvaise qualité. Les listes d’attentes des logement sociaux sont longues (22.000 personnes!) et beaucoup de familles subissent de la discrimination (les familles nombreuses, les personnes d’origine étrangères, les personnes avec des revenus bas…). Les conséquences sur la santé physique et mentale et sur le capital social sont désastreuses. Ils ont mené plusieurs actions au niveau de la ville d’Anvers. Ceci n’a pas résolu la situation mais a donné quelques pistes. Par exemple, l’usage des bâtiments sociaux qui sont en attente de rénovation pour offrir un logement temporaire à ceux qui sont dans une nécessité urgente et les “habitations solidaires”. Dans les témoignages, on constate que les problèmes de la discrimination (de couleur ou de classe sociale) sont la cause des problèmes de travail, de logement et d’accès a ses droits.

“Recht op » est une association ou les “pauvres prennent la parole » qui veut dire “débout » et “lutter pour ses droits ». Elle travaille sur la question de la langue, du travail, du logement, de l’obtention des papiers… Elle organise également des rencontres entre des personnes de diverses origines sociales afin de se renforcer et de réclamer leurs droits sociaux et économiques. La première dame qui témoigne nous raconte que sa plus grande pauvreté est la solitude. C’est une migrante de Limburg qui a déménager à Anvers après la mort de son mari et de son fils. La deuxième dame est également une migrante, de Wallonie, qui en arrivant à Anvers a du apprendre la langue et une nouvelle culture. Elle fait un appel à tous pour essayer de se rencontrer plus, c’est dans la rencontre et le partage qu’on constate qu’on a souvent les mêmes problèmes et qu’on peut s’entraider. Pour elle, la pauvreté est partout la même et la pauvreté est souvent vécue à l’intérieur (la solitude, le manque de connaissance de ses droits et de connaissance mutuelle).

Le débat qui s’en suit nous amènent a la conclusion que les personnes avec et sans papiers vivent les même problèmes. Mais les personnes sans papiers vivent pas seulement un manque d’accès au droits mais vivent également dans la peur et dans l’insécurité des contrôles d’identité, ils n’ont aucune reconnaissances dans la société. Une dame remarque qu’aussi les belges d’origines marocaines subissent la même peur pour des contrôles d’identité, qui ont lieu tous les jours et qui visent principalement les jeunes d’origine d’ailleurs de ces quartiers. Les raisons de ces discriminations et inégalités ne sont pas une responsabilité individuelle (apprendre la langue, s’intégrer…) mais d’abord due aux problèmes structurelles et l’organisation de notre société. Les inégalités économiques et sociales, la répression qui vise certaines groupes dans la sociétés, et la diminution rapide des droits de la population générale sont renforcé sous l’argumentation qu’il y a une crise économique.

Le soir nous avons passé un super moment à Filet divers. Al Ikram nous a premièrement préparé un repas marocain « comme ma maman le fait », comme disait un des marcheurs. A Filet Divers, Common Antwerpen a organisé la venue de plusieurs musiciens qui sont venu en solidarité nous faire danser et donner envie de se défouler un peu sur le dancefloor. On a été surpris par les sons de sitar de Shikari et le chant collectif de notre chanson de la marche était un moment inoubliable.

11/4/2013 ANTWERPEN

Na een rustgevende nacht en een lekker ontbijt aangeboden door de organisatie Filet Divers zijn we gestart met een bijeenkomst tussen de deelnemers. Na een uitleg over het programma van de dag, hebben we een brief goedgekeurd die enkele deelnemers van de mars de dag voordien geschreven hebben voor de Guineanen die opgesloten zitten in verschillende gesloten centra van België. We vrezen een collectieve uitzetting in een militair vliegtuig één van de komende dagen! We zijn in rouw omwille van het feit dat Celine de mars verlaat vandaag, maar ze zal vervangen worden door twee heel gemotiveerde deelneemsters vol met energie! Het vertrek van Celine heeft ons laten nadenken over de vraag omwille van welke redenen elk van ons deelneemt aan de mars. De doelstellingen van de mars (ontmoetingen en uitwisselingen in de verschillende steden met verenigingen, migranten en militanten, een strijd organiseren op nationaal niveau, ervaringen uitwisselen, een solidariteit creëren tussen de migranten van alle slag en belgen overal in België, …). Het idee is dus om een coordinatie op te bouwen, een actieplan, nadenken over hoe de strijd organiseren en een draagvlak creëren opdat de politiekers naar ons luisteren.  We mogen niet enkel de nadruk leggen op de politieke instanties die steeds meer en meer repressieve maatregelen nemen wat betreft migratie, maar we  moeten ook naar solidariteit en steun elders zoeken. De migranten moeten zich eerst zelf organiseren, om nadien andere bewegingen en verenigingen aan te sporen om ons te steunen. We moeten voorbij de individuele gevallen gaan, gemeenschappelijke punten zoeken en een juridische scheiding voorkomen. Hoe collectieve oplossingen vinden? We hopen acties te lanceren na de mars en we moeten tijdens de mars hierover nadenken en vooral tijdens de activiteiten in Brussel op  17 april.

Begin van de namiddag, 25 deelnemers van de mars vertrekken naar de stad om 2 verenigingen te bezoeken « Arm in Arm » en « Recht op ». We worden heel goed ontvangen door deze 2 vereningen met fruit en sandwiches. Een voorstelling en getuigenissen van personen wonend in Antwerpen volgt. De rode draad tijdens deze uitwisseling is dat personen met en zonder papieren dezelfde problemen ondervinden: huisvesting, een degelijke job vinden, toegang tot diensten, zijn rechten afdwingen.
“Arm in Arm” is een vereniging die vooral werkt met etnische minderheden in Antwerpen. Ze werken rond drie thema’s: basisdiensten, huisvesting en werk. Een deelnemer van de vereniging toont ons het werk dat ze gedaan hebben rond huisvesting waarbij dertig families met papieren zullen kunnen gaan wonen.  Ze stellen vast dat woningen in Antwerpen zeer duur zijn en van slechte kwaliteit. De wachtlijsten voor een sociale woning zijn heel lang (22.000 personen) en veel families ondervinden discriminatie (grote gezinnen, mensen van buitenlandse afkomst, mensen met weinig inkomen,…)  De gevolgen voor de fysieke en mentale gezondheid en voor het sociaal kapitaal zijn verwoestend. ze hebben verschillende acties gevoerd op niveau van de stad Antwerpen. Dit heeft de situatie niet opgelost, maar het heeft enkele pistes opgebracht. Zoals bijvoorbeeld, het gebruik van sociale woningen die in afwachting van renovatie een tijdelijke woonst kunnen bieden aan hen die in dringende nood zijn en « solidaire woningen ». Tijdens de getuigenissen, stellen we vast dat de problemen van discriminatie (de kleur of sociale klasse) de oorzaak zijn van problemen bij werk, huisvesting en toegang tot zijn rechten.

“Recht op » is een vereniging waar armen het woord nemen, dit wil zeggen  » recht op » en  » strijden voor zijn rechten ». Men werkt hier rond de vraag van taal, werk, huisvesting, bezig met papeiren…  Zij organiseren ook ontmoetingen tussen personen van verscheidene sociale afkomst om zich sterker te maken en hun sociale en economische rechten op te eisen. De eerste vrouw die getuigt vertelt ons dat haar grootste armoede eenzaamheid is. Zij is een migrante uit Limburg die naar Antwerpen verhuist is na de dood van haar man en haar zoon. De tweede vrouw is ook een migrante uit Wallonië, die in Antwerpen aangekomen is en de taal heeft moeten leren en een nieuwe cultuur. zij doet een oproep aan iedereen om te proberen elkaar meer te ontmoeten, het is doorheen ontmoeting en uitwisseling dat men vaststelt dat men met dezelfde problemen kampt en dat men er samen kan proberen uit te geraken. Voor haar, armoede is overal hetzelfde en armoede voelt men vooral vanbinnen (eenzaamheid, het ontbreken van de kennis van zijn rechten en een gemeenschappelijke kennis).

Het debat dat hierop volgt geeft ons als besluit dat mensen met en zonder papieren dezelfde problemen hebben. Maar dat mensen zonder papieren niet enkel leven met een beperkte toegang tot rechten maar dat zij ook in angst leven en in de onveiligheid bij identiteitscontroles, zij hebben geen enkele erkenning in de maatschappeij. Een vrouw merkt op dat ook bij de belgen van marokkaanse afkomst dat zij ook de angst van identiteitscontroles moeten ondergaan, die elke dag plaatsvinden en die voornamelijk jongeren afkomstig uit andere wijken viseren. De redenen van deze discriminaties en ongelijkheden zijn geen individuele verantwoordelijkheid (leren vand e taal, zich integreren…) maar zijn in het algemeen versterkt door de argumentatie van er is een economische crisis.

Tijdens de avond hebben we een supermoment in Filet Divers. Al Ikram heeft ons een marokkaanse maaltijd gemaakt « op moeders wijze », zeggen de deelnemers. In Filet Divers, Common Antwerpen heeft verschillende muzikanten uitgenodigd die hun solidariteit komen tonen en om ons te laten dansen en ons goesting geven om ons wat te laten gaan op de dansvloer. We werden verrast door de geluiden uit de sitar van shikari en het gezamelijke lied van de mars was een onvergetelijk moment.

10/4/2013 – MECHELEN – ANTWERPEN

8h00 un réveil sonne. Après le petit dej ., la coordination s’est réunie pour préparer le programme du jour et la réunion des marcheurs. Au cours de celle-ci, nous avons fait des mises au point :

  • comment gérer les petits conflits

  • le respect des personnes, des endroits qui nous accueillent et du matériel

  • le nettoyage des lieux

  • le partage des tâches

  • suite aux désagréments de la nuit (l’alarme qui non contente de nous avoir percé les tympans a aussi dérangé les voisins et nous a causé une amende de 50 €) nous avons décidé de leur écrire une lettre d’excuse.

  • Pour éviter la perte des affaires, nous avons décidé que chacun-e les mette dans un sac plastique à son nom.

 Concernant le programme, la visite d’un quartier d’Anvers, symbolique pour les immigrés, a été annulée. Nous partirons donc plus tard à Anvers.

 Après la réunion quotidienne, nous avons constitué des groupes de travail pour :

  • préparer le repas

  • nettoyer le logement

  • rédiger la lettre de soutien des marcheurs aux guinéens menacés d’expulsion.

  • rédiger et écrire la lettre d’excuses pour la distribuer aux voisin-e-s.

  • Préciser les thèmes dont nous voudrions discuter au cour des échanges d’opinions dans les autres villes.

 Juste avant le départ, nous avons adopté la chanson découverte la veille  « Travail en noir… » comme chanson pour la Marche. En route pour la gare ! Comme à chaque trajet les plus motivés sensibilisent les passant-e-s en leur donnant un tract. Nous sommes passé-e-s par un parc où nous avons répéter notre chanson. Vite, vite, le train va partir ! Zut, trop tard ! Mais le train suivant arrive bientôt.

Arrivé-e-s à Anvers, nous avons été accueilli-e-s chaleureusement à Filet Divers, une association de soutien aux personnes précarisées parmi lesquelles il y a aussi des sans papiers. Ils offrent un service d’épicerie sociale, de vente de vêtements d’occasion, un atelier de menuiserie, un service social avec une aide juridique, des cours de néerlandais,… Le soir nous avons assisté à une conférence de Dirk van Duppen (médecin à Médecin pour le peuple) qui nous a parlé de la situation à Anvers pour les personnes en situation précaire du CPAS. Il nous a fait l’historique des accords concernant les droits sociaux. La situation s’est empirée au cours du temps à Anvers pour tous les précarisé-e-s et plus particulièrement pour les sans-papiers. Dernièrement des mesures très sévères ont été prises à l’encontre des sans-papiers. Par exemple, une mesure disant que les soins médicaux de personnes sans-papiers ayant le sida ne leur soient plus payé à moins qu’ils signent leur retour volontaire. Mais plusieurs de ces mesures ont été temporairement mises sur le côté à cause de leur médiatisation, d’actions de politiques ou de membres d’associations. Ensuite nous avons écouté Tahar, un ancien sans-papiers qui a lutté avec le soutien de l’UDEP depuis 2005, et a été régularisé en 2007. D’après son expérience :

  • C’est important d’avoir des actions unies entre les différentes villes.

  • C’est aux sans-papiers eux-mêmes de prendre l’initiative de faire des actions, de sensibiliser les gens en rencontrant les différentes communautés religieuses, des personnes de diverses origines, de plusieurs partis politiques.

  • Les actions peuvent être des pétitions, des occupations de lieux, des actions avec des étudiants, les syndicats…

L’équipe « médias » ne sait pas ce qu’il s’est passé dans la soirée car elle était occupée à écrire le compte rendu de la journée précédente. Et quand elle a eu fini tout le monde était déjà endormi.

————

Dag 5 : Mechelen-Antwerpen

8u, de wekker rinkelt. Na het ontbijt, kwam het coördinatieteam bijeen om het dagprogramma en de vergadering met de marcheurs voor te bereiden. Tijdens deze vergadering, werden de volgende punten naar voren geschoven :

–             hoe moeten conflicten geregeld worden

–             het respect voor elkaar, voor de plaatsen die ons ontvangen en voor het materiaal

–             de schoonmaak van de plaatsen

–             als gevolg van de voorvalletjes afgelopen nacht wordt besloten om om een brief te schrijven om excuses aan te bieden

–             om het verlies van voorwerpen te vermijden hebben we beslist dat éénieder een plastic zak gebruikt om hun spullen in te stoppen, en er hun naam op te zetten.

Wat betreft het programma is er beslist om iets later te vertrekken.

Na de dagelijkse vergadering werden er verschillende kleine groepjes samengesteld :

–             om het eten voor te bereiden

–             om schoon te maken

–             om ene brief op te stellen gericht aan de Guineeërs die op het punt staan uitgewezen te worden

–             de brief  voor de buren

–             voorbereiden van de uitwisselingen in de andere steden

Net voor het vertrek ontdekten we het oude liedje « Travail en noir » als strijdlijd voor de Mars.

En we zijn vertrokken richting station ! Tijdens elk traject zijn er een aantal enthousiastelingen die flyers uitdelen aan de passanten. In een park op de weg naar het station hebben we ons liedje geoefend… met als gevolg dat we de trein hebben gemist ! Maar gelukkig, de volgende arriveert al snel !

Eens we aangekomen zijn in Antwerpen, worden we van harte welkom geheten door Filet Divers, een verengiging die mensen in een behoeftige situatie ondersteunen, waaronder ook mensen zonder papieren. Ze hebben er een sociale kruidenier, een tweedehandswinkel, een schrijnwerkersatelier een socio-juridische dienst, Nederlandse lessen enzoverder.

‘s Avonds hebben we een conferentie van Dirk van Duppen bijgewoond (arts bij Geneeskunde voor het Volk) die ons sprak over de situatie voor bepaalde mensen die afhankelijk zijn van het OCMW in Antwerpen. Hij vertelde ons de historiek van de akkoorden betreffende de sociale rechten. In de loop der tijd is de situatie enorm verslechterd voor de hulpbehoevenden, en in het bijzonder voor mensen zonder papieren. Nog niet zo lang geleden zijn er ernstige maatregelen getroffen betreffende mensen zonder papieren. Bijvoorbeeld werd erover gesproken om mensen die aan AIDS lijden niet meer verzorgd worden tenzij ze ervoor kiezen om een vrijwillige terugkeer voor te bereiden. Meedere van deze maatregelen zijn tijdelijk opgeschort, ondermeer door de felle mediastorm waarin deze debatten waren terecht gekomen, als gevolg van acties of mensen van organisaties die de alarmbel luidden.

Erna hebben we geluisterd naar de getuigenis van Tahar, een ex-sans papier die samen met UDEP de strijd is aangegaan sinds 2005 en werd geregulariseerd in 2007. Volgens hem :

–                   is het belangrijk om gecoördineerde acties te doen tussen de verschillende steden

–                   het is aan de mensen zonder papieren zelf om initiatief te nemen en actie te ondernemen, mensen te sensibiliseren door verschillende andere religieuze gemeenschappen op te zoeken, mensen van verschillende origine en van andere politieke partijen.

–                   Soorten acties die mogelijk zijn : petities, bezettingen, acties met studenten en syndicaten.

Het team ‘media’ weet niet wat er ‘s avonds is gebeurd want ze was druk bezig met het maken van de PV van de dag vooraf. Wanneer ze hiermee klaar was, lag iedereen al te slapen.

———

9/4/2013 – SINT-NIKLAAS – MECHELEN

Petit matin… Les cuisinières reviennent pour le petit-déjeuner. Puis nous partons pour visiter VLOS (Vluchtelingen Ondersteuning Sint-Niklaas – Soutien aux réfugié-e-s) , une association qui travaille en premier lieu avec les personnes sans-papiers et avec les demandeur-se-s d’asile ayant trop peu de revenus.

Ils font de la distribution alimentaire, de matériel et vêtements, de l’information juridique, de l’aide au logement, des cours de langue et du soutien pour les demandes médicales.

Quelques nouvelles personnes se sont jointes à nous pour la marche. Le groupe se renforce au fur et à mesure…

Nous partons ensuite pour la gare… Certains partent en courant et font attendre le conducteur pour que nous puissions tou-te-s monter dans le train. Nous y arrivons tout juste.

A Willebroek, nous descendons pour faire les derniers 15,4 kilomètres qui nous séparent de Mechelen à pied. Heureusement, il s’est arrêté de pleuvoir… Nous sommes guidé-e-s par des habitant-e-s de Willebroek. En marchant, les souvenirs remontaient à la surface et beaucoup ont échangé leurs périples à pied à travers les multiples pays pour rejoindre la Belgique. Ils avaient alors marché beaucoup plus de kilomètres !

Pendant ces 4 heures, nous avons passé un très bon moment. Ça faisait du bien de sortir de la ville, de traîner dans la nature, de profiter de l’atmosphère, de rigoler entre nous. Ça nous a beaucoup remotivé pour la suite de la marche. Faire des choses qui vident la tête fait du bien à tout le monde. Surtout avec tout ce dont nous la remplissons à chaque étape…

Nous avons découvert et répété une nouvelle chanson pour la marche :

“Travail au noir,

mariage blanc,

Où va ma vie,

en attendant ?

Travail au noir,

mariage blanc,

en attendant,

c’est pas marrant….”

Nous avons croisé quelques personnes avec qui nous avons pu bien échanger sur la marche.

Nous sommes arrivé-e-s dans une maison de jeunes pour la soirée. Des bénévoles d’associations du coin sont venus nous présenter leur action. Nous avons remarqué que le plus gros des actions qui se font en Flandre sont du travail humanitaire, souvent sur base chrétienne. Il paraîtrait que c’est culturel.

Nous avons pu aussi exposer le but de la marche et quelques-unes des envies des participant-e-s.

Après la soirée, les personnes des associations étaient très intéressées, disaient qu’on leur renvoyait un miroir, que ça leur donnait à réfléchir. Elles/ils étaient ravi-e-s de voir que le mouvement de lutte était de nouveau en marche. Les échos de la soirée étaient très positifs.

Le début de la nuit fut un peu agité… L’alarme du bâtiment dans lequel nous dormions s’est déclenchée et il a fallut 1 heure pour arriver à l’arrêter. Pendant tout ce temps, nous nous regardions avec les doigts dans les oreilles… Résultat, couché-e-s à 2 h du matin… un peu dur…

NEDERLANDS

S’ochtendsvroeg… de koks komen terug met een ontbijt. Vervolgens maken we ons klaar om VLOS (Vluchtelingen Ondersteuning Sint-Niklaas) te bezoeken, een vereniging die werkt in de eerste plaats met mensen zonder papieren en met asielzoekers die een te klein inkomen hebben.

Zij delen voedsel uit, materiaal en kleding, geven juridische informatie, bieden hulp bij huisvesting, geven taallessen en steun bij medische aanvragen.

Enkele nieuwe mensen hebben zich aangesloten bij de mars. De groep groeit af en toe aan…

Vervolgens vertrekken we naar het station…sommigen vertrekken al lopend en doen de conducteur wachten, zodat iedereen op de trein geraakt. We komen maar nipt op tijd aan.

In Willebroek stappen we uit om de laatste 15,4 kilometers die ons van Mechelen scheiden te voet te doen. Allegeluk is het gestopt met regenen… we worden begeleid door een aantal bewoners van Willebroek. Al stappend, komen de herinneringen naar boven, want velen hebben verschillende landen doorkruist te voet om in België aan te komen. Zij hebben toen veel meer kilometers gelopen!

Gedurende deze 4 uur, hebben we hard genoten. Het deed deugd om uit de stad te zijn en rond te wandelen in de natuur, van de atmosfeer te genieten en samen te lachen. Dat heeft ons goede moed gegeven om de mars verder te zetten. Iets doen leegt het hoofd en doet iedereen goed. Vooral na alles wat we in ons hoofd steken bij elke etappe…

We hebben een liedje gemaakt en vele keren herhaald tijdens de mars:

“travail au noir (werken in het zwart),

mariage blanc (schijnhuwelijk),

Où va ma vie (waar gaat mijn leven naartoe),

en attendant ( in tussentijd)?

Travail au noir, (werken in het zwart)

mariage blanc, (schijnhuwelijk)

en attendant,(in tussentijd)

c’est pas marrant….” (het is niet leuk)

We hebben verschillende personen tegengekomen tijdens de mars met wie we goed hebben kunnen praten over de mars.

We zijn aangekomen in een jeugdhuis voor het avonddebat. De vrijwilligers van de verenigingen uit de buurt zijn gekomen om hun actie voor te stellen. we hebben vastgesteld dat de grootste acties die plaatsvinden in Vlaanderen vooral humanitair werk is, vaak christelijk gebaseerd. Het blijkt dat dit cultureel bepaald is.

We hebben ook het doel van de mars kunnen voorstellen en enkelen de verwachtingen van de deelnemers.

Na de avond, waren de mensen van de verenigingen heel geïnteresseerd, ze zeiden dat we hen een spiegel voorgehouden hebben, die hen tot nadenken heeft aangezet. ze waren heel enthousiast bij de vaststelling dat er opnieuw een beweging op gang is gebracht. De reacties tijdens deze avond waren zeer positief.

Het begin van de nacht is nogal chaotisch verlopen… het alarm van het gebouw waarin we sliepen is afgegaan en het heeft een uur geduurd vooraleer hetafgezet kon worden. Tijdens deze tijd hebben we mekaar zitten aankijken met onze vingers in onze oren… Als resultaat konden we pas om 2 uur s’ochtends inslapen…wat zwaar was.

8/4/2013 – GENT – SINT-NIKLAAS

Deuxième nuit… Quelques marcheur-se-s nous ayant quitté pour rentrer travailler, nous avions plus de couvertures pour nous, et donc la nuit a été bien plus chaude et agréable…

Après avoir quitté nos hôtels 5 étoiles, nous nous retrouvons tous et toutes sur la place centrale de Gand, pour partager un petit déjeuner préparé par la cuisine mobile.

Et puis, en route pour le train, direction Sint-Niklaas.

Nous sommes accueillis à la gare par de nombreuses personnes. Beaucoup de personnes sans-papiers et des bénévoles et permanent-e-s des associations de la ville. Et également les jeunes du Kid’s parlement qui est un mouvement qui se bat pour faire reconnaître tous les droits de l’enfant en Belgique.

Extrait de leur pétition : https://www.lapetition.be/en-ligne/Kids-Parlement-une-voix-pour-faire-reconnaitre-les-droits-de-tous-les-enfants-Kids-Parlement-een-stem-voor-kinderen-met-of-zonder-papieren-12595.html
« Nous dénonçons l’absence d’examen de l’intérêt des enfants dans les procédures d’asile et de régularisation.
Nos revendications :
1. les mêmes droits pour tous les enfants : les enfants sans papiers doivent avoir les mêmes droits que les enfants avec papiers.
2. Avant de prendre une décision qui met fin à un droit de séjour, l’office des étrangers doit sérieusement examiner les risques pour les enfants en cas de retour et tenir compte de l’intégration des enfants.
3. L’office des étrangers doit examiner quelles sont les solutions durables pour les enfants concernés avant de décider de mettre fin au séjour de la famille. Dans le cadre de cet examen, l’office des étrangers doit entendre le ou les enfants.
4. L’environnement d’un enfant doit être stable : Fedasil doit veiller à ce que les enfants restent dans un même lieu, afin qu’ils puissent suivre leur scolarité dans la même école, et suivre l’enseignement dans la même langue tout au long de la procédure.

Nous nous dirigeons tou-te-s ensemble vers le terrain de football. Et pendant 2 heures, c’est la vrai décompression… Chacun-e met un maillot de foot ou le tee-shirt de la marche et va taper dans le ballon ! Résultat : Sint-Niklaas : 9 – Marche et Kid’s Parlement : 3. Bon, on ne va pas trop compter sur le football pour la lutte ;), mais c’était vraiment un super moment…

Suite à ça, nous sommes repartis vers l’endroit où nous allions passer la soirée et la nuit. Un délicieux repas nous avait été préparé par des femmes d’origine éthiopienne et érythréenne.

Nous avons ensuite passé la soirée avec les personnes afghanes de la ville, intéressées par la Marche. Nous avons discuté de la situation des personnes immigrées à Sint-Niklaas et du contexte politique. Les organismes de soutien de Sint-Niklaas rendent visiblement la vie des personnes sans-papiers ou réfugiées plus facile malgré la NVA au pouvoir dans la ville. Il semblerait qu’il soit plus facile de vivre à Sint-Niklaas en tant qu’immigré et que le bourgmestre ordonne peu d’expulsion. Le bémol est que nous avons eu l’impression que cela concernait beaucoup de migrant-e-s pouvant prétendre au statut de réfugié politique (surtout des Afghans). Ils confirmaient malgré tout que la situation s’était détériorée depuis l’arrivée de Maggie De Block.

Quelqu’un a soulevé qu’il ne fallait pas compter sur les associations et les avocats pour obtenir une régularisation dans le contexte politique actuel. En effet, l’Europe ne veut plus régulariser que les travailleur-se-s qui l’intéressent. Il vaut mieux s’organiser et se rassembler en oubliant les différences entre les communautés. Et faire des manifestations et actions tou-te-s ensembles.

La soirée s’est terminée sur une phrase qui en a fait bondir plus d’un-e et que beaucoup trouvent choquante : « Il ne faut pas faire venir les migrants parce qu’on a besoin d’eux, mais parce qu’ils ont besoin de nous ». Nous sommes plusieurs à avoir eu l’impression que certaines personnes, tout en faisant un travail de soutien nécessaire auprès des précarisé-e-s, ne s’inscrivent pas dans une lutte collective mais dans le soutien humanitaire aux réfugié-e-s, considérant que toutes les personnes venant en Belgique le font parce qu’elles ont besoin de « nous ». Or, ce n’est pas une réalité par rapport aux marcheur-se-s et par rapport à l’immigration en général. Beaucoup viennent en Belgique parce qu’ils/elles ont envie de s’installer ailleurs et veulent simplement être respecté-e-s, pas victimisé-e-s… à méditer.

Nederlands:

 

Tweede nacht…. Enkele deelnemers van de mars hebben ons verlaten om te gaan werken, we hebben meer dekens voor ons nu, en dus de nacht was warmer en veel aangenamer…

 

Na ons 5 sterrenhotel verlaten te hebben, zijn we samengekomen met zijn allen op de central plaats in Gent, om samen het ontbijt te delen dat gemaakt werd door de mobiele keuken.

 

En vervolgens, met de trein richting Sint-Niklaas.

 

Aan het station in Sint-Niklaas werden we door veel mensen opgewacht. Veel mensen zonder papieren, vrijwilligers en vaste medewerkers van de stadsverenigingen. En ook door de jongeren van het kids’parlement, een beweging die strijdt voor het erkennen van de rechten van het kind in België.

 

Een stukje uit hun petitie : https://www.lapetition.be/en-ligne/Kids-Parlement-une-voix-pour-faire-reconnaitre-les-droits-de-tous-les-enfants-Kids-Parlement-een-stem-voor-kinderen-met-of-zonder-papieren-12595.html
« wij verklaren de afwezigheid van een onderzoek naar het belang van kinderen in asiel – en regularisatieprocedures..
Onze eisen: :
1. dezelfde rechten voor alle kinderen: kinderen zonder papieren moeten de zelfde rechten hebben als kinderen met papieren.
2. alvorens een beslissing te nemen die een einde stelt aan het verblijf, moet de dienst vreemdelingenzaken op een diepgaande manier de risico’s voor de kinderen in geval van terugwijzing onderzoeken en rekening houden met de integratie van de kinderen.
3. De dienst vreemdelingenzaken moet onderzoeken welke de mogelijke duurzame oplossingen zijn de kinderen alvorens een einde te stellen aan het verblijf van de familie. In het kader van dit onderzoek, moet de dienst vreemdelingenzaken luisteren naar het kind of de kinderen.
4. De omgeving van het kind moet stabiel zijn: Fedasil moet erover waken dat de kinderen in eenzelfde plek blijven, opdat zij school kunnen lopen in dezelfde school, en onderwijs volgen in dezelfde taal gedurende de gehele procedure.

 

Wij gaan allen samen naar het voetbalterrein. En gedurende 2 uur, is het echt een ontlating… iedereen doet zijn voetbaltenue of t-shirt van de mars aan en gaan voetballen! Resultaat: Sint-Niklaas: 9 – Mars en kid’s parlement: 3. Goed, we zullen beter niet rekenen op voetbal voor onze strijd , maar het was echt een super moment…

 

Na dit, zijn we vertrokken naar de plek waar we de avond zouden doorbrengen en blijven slapen. Het was een heerlijke maaltijd die klaargemaakt werd door vrouwen van Ethiopische en Erythrese afkomst.

 

Nadien hebben we de avond doorgebracht met Afghanen van de stad, die geïnteresseerd waren in de mars. We hebben over de situatie van mensen die in Sint-Niklaas geimmigreerd zijn en de politieke context. De organismen die steun bieden maken het leven van de mensen zonder papieren of vluchtelingen makkelijker desondanks de NVA politiek van de stad. Het lijkt gemakkelijker om te leven in Sint-Niklaas als immigrant en de burgemeester geeft weinig bevelen tot uitzetting. De b-kant is dat volgens onze indruk het vooral over migranten gaat die een statuut van politiek vluchteling kunnen bekomen (vooral de Afghanen). Ze bevestigden dat sinds de komst van Maggie De Block de situatie toch wel aan het veranderen is.

 

Iemand had geopperd dat men niet moet rekenen op verenigingen en advocaten om een regularisatie te bekomen in de actuele politieke context. Want Europa wil helemaal niet meer regulariseren behalve de werkers die ze nodig hebben. Men moet zich zelf organiseren en samenkomen desondanks de verschillen tussen de gemeenschappen. En allen samen manifesteren en acties voeren.

 

De avond is geëindigd met een zin die velen shokerend vonden: men moet niet de migranten laten komen omdat wij ze nodig hebben, maar omdat zij ons nodig hebben. We stelden met velen vast dat enkele mensen, die met hun werk dat ze doen om de armen te helpen, zich niet open stellen voor een gezamelijke strijd, maar in een humanitaire steun blijven steken aan de vluchtelingen, met de gedachte dat alle mensen naar België komen omdat ze « ons » nodig hebben. Maar dit is geen realiteit wat betreft de deelnemers aan de mars en wat betreft de immigratie in zijn geheel. Velen komen naar België omdat ze zin hebben om zich elders te vestigen en willen gerespecteerd worden, maar niet gezien worden als slachtoffer… stof om verder over te reflecteren.

 

7/4/2013 – GENT

Dimanche 8h00 du matin, le réveil du Maître du temps sonne et nous ne sommes que deux à réagir. Et pourtant nous sommes dans le squat des « couches tôt » Petit à petit, tout le monde émerge et sort péniblement de son sac de couchage pour partager ses expériences de sommeil plus ou mois difficile en buvant une petite tasse de café ou de thé . Alex nous accompagne jusqu’à l’adresse du jour : « Buurtcentrum Rabot ».

Après un délicieux petit déjeuner, nous nous sommes réunis entre marcheurs pour faire le bilan du premier jour, répartir les tâches des jours suivants et organiser la journée :

  • Il semblerait que quelques marcheurs ne connaissent pas encore les objectifs de la Marche !? Certains rappellent que nous ne participons pas à la Marche pour faire du tourisme mais bien pour : sensibiliser, se faire entendre, échanger pour être plus créatif afin de trouver des nouveaux moyens de lutte, avoir une plus grande visibilité, créer un collectif national, organiser des actions et manifestations nationales…

  • Avant, c’était les sans papiers qui s’organisaient et prenaient les actions de solidarité en mains, malheureusement nous constatons qu’actuellement c’est le contraire. Les auteurs de ce texte pensent que c’est dû notamment à l’insécurité et la division des sans papiers provoquée par la politique d’immigration. Hors ce sont les sans papiers qui doivent semer les graines d’une solidarité et d’une mobilisation entre eux et sensibiliser, impliquer les sans papiers dans toute la Belgique. Les coordinateurs de la Marche voudraient justement progressivement que tous les marcheurs et en particulier les sans papiers reprennent leur Marche en mains, se l’approprient complètement.

  • La manifestation à Bruxelles a eu une bonne visibilité, plusieurs médias sont venus.Il y avait une bonne motivation et une belle énergie.

  • Tout le monde a eu un peu froid la nuit !

Après le repas de midi, nous avons fait des groupes de travail : présentation de la Marche, slogans, médias, logistique.

L’après-midi, nous devions rencontrer des sans papiers et des militants de Gand mais nous n’avons rencontré que les militants.

L’échange a commencé par une présentation de la Marche, l’historique et les objectifs. Et Samir nous a parlé de son expérience de la Marche européenne.

Ensuite, A., une militante de Gand nous a expliqué la situation des sans papiers chez eux :Il y a plusieurs raisons au manque de mobilisation des sans papiers. Nous avons parler de notre déception avec eux lors de la discussion et ils nous ont expliqué cette absence des sans papiers :

  • La peur s’est installée à cause des politiques d’immigration plus sévères.

  • Il y a eu là aussi une division des groupes mobilisés due aux vagues de régularisation et à la différence faite par le gouvernement entre les situations différentes de chaque migrant.

  • Actuellement, à Gand, il y a surtout des associations d’aides caritatives non politisées qui sont très occupées par le problème des roms, très spécifique et urgent. Ils n’ont donc pas le temps de s’occuper des autres.

  • Il y a aussi des associations militantes culturelles comme „Victoria Deluxe“ ou „De Vieze Gasten“ qui font du théâtre engagé, avec des sans papiers. Des actions symboliques sont misent sur pied mais ce n’est plus des mobilisations de masse pour faire des actions ou des manifestations.

  • Les syndicats ne travaillent pas directement avec les sans papiers, se défendant de déjà s’investir dans les ONG officielles tel que le CIRE,… Nous lançons donc un appel aux syndicats de Gand pour qu’ils soient plus directement actifs dans la défense des sans papiers.

Les sans papiers de Bruxelles se sont exprimés et ont fait part de leur expérience:

– Au début, il y avait des mobilisations autour d’un événement comme la mort de Sémira Adamou, des occupations, des grèves de la faim,… De là, ils ont décidés de créer le collectif Sans Papier Belgique (SPB) car ils pensent que c’est important que les sans papiers soient politisés pour se mobiliser et militer eux-même pour leur cause. C’est plus porteur, cela a plus de sens. Ils sont aussi plus efficace pour convaincre d’autres sans papiers.

– Il y a des projets d’utiliser l’art, de faire des action artistique et créative pour montrer son mécontentement par rapport à la politique d’immigration « Immigraction ».

Après avoir souper, 16 marcheurs nous ont quitté pour rentrer à Bruxelles.

Finalement, nous avons assisté à une conférence-débat dont les thèmes concernaient tous les sans papiers mais étaient fort diversifiés. Ce débat un peu „protocolaire“ (avec des intervenants sur un podium et le public devant ) était quand même intéressant et l’un ou l’autre d’entre nous ont pu intervenir.

Enfin, nous sommes rentrer dormir dans nos „squats“ respectifs.

6/4/2013 – BXL – GENT

ET C’EST PARTI: Récit du premier jour et quelques photos/vidéo

Après quelques mois de préparation, d’interminables discussions, nous voilà enfin partis…

200 manifestants se sont rassemblés devant le Petit Château pour écouter des témoignages

(Histoire du Petit Château, des luttes pour la régularisation et histoires personnelles…).

Le cortège de solidarité à pris la route vers le cabinet de la Ministre Maggie De Block au son des rythmes de samba et des slogans:« So so so solidarité avec les sans papiers »…

Nous revendiquons ne pas être dangereux mais être en danger et pourtant nous voilà escortés par un bon nombre de policiers, pour arriver devant le cabinet gardé comme une forteresse.

Devant ce lieu évoquant tant d’injustices, les marcheurs ont exprimé leur vécu, et leur mécontentement de la politique migratoire, entre chants, revendications et colère légitime. C’est cette « digne rage »qui portera le groupe et qui lui permettra d’affronter les difficultés.

Un groupe de 60 marcheurs se sont ensuite dirigés vers la gare du Midi pour entamer leur périple à traversle Plat Pays. Avant d’embarquer, nous nous sommes fait offrir un bon repas par des bénévoles. Dans le wagon qui nous est réservé, il y a une bonne ambiance et les discussions vont bon train.

Merelbeek, tout le monde descend. En marche pour 8 km jusqu’à Gand. Nous y sommes très bien accueilli par des bénévoles qui nous servent un excellent repas et nous convient à une soirée musicale engagée.

Nous y avons entendus des témoignages d’ex-sans papiers.

Toute la journée a été riche en moments de rencontres et de discussions entre marcheurs.Ce qui annonce des liens solides qui donneront des racines à notre lutte. Pour dormir, nous avons été accueillis par des militants. La nuit aurrait été parfaite si elle n’avait pas été un petit peu froide et bruyante (Qui a donc organisé ce concours du plus beau ronflement?!)

Nous remercions chaleureusement tous les militants et associations de Gand qui nous ont accueillis.

NL

EN WE ZIJN WEG : verslag van de eerste dag en enkele foto’s/vidéo

Na enkele maanden van voorbereiding en eindeloze discussies, zijn we eindelijk weg …
Twee honderd demonstranten verzamelden zich voor het petit Château om getuigenissen te horen.
(Geschiedenis van het Petit Château, strijd voor regularisatie en persoonlijke verhalen …).

De marche van solidariteit liep naar het kantoor van minister Maggie De Block met samba rytmes en gezangen: « So so so solidariteit met mensen zonder papieren »
Ze beweren niet gevaarlijk te zijn, en toch zijn ze geëscorteerd door een groot aantal politieagenten die het kabinet van Maggie Deblock moeten beschermen. Voor deze kantoren, symbool van zoveel onrechtvaardigheid, hebben de betogers hun ervaringen geuit , hun ontevredenheid over de aktuele migratiebeleid met muziek, zangen en een “waardige rage”

Een groep van 60 mensen gingen daarna richting Zuidstation om hun marche doorheen Belgie te beginnen. Voor het instappen in de trein naar Gent kregen ze van vrijwilligers een lekkere maaltijd. In de wagon voor hen gereserveerd, is er een gezellige sfeer en de discussies verlopen verder. In Merelbeke stappen ze allen uit en beginnen ze hun marche van 8 km naar Gent. Daar worden ze ontvangen door vrijwilligers met een uitstekende maaltijd en een avond van muziek. Enkele ex Sans Papiers uit Gent kwamen getuigen over hun strijd om papieren.

De hele dag was vol met momenten van vergaderingen en besprekingen tussen de deelnemers. Dit voorspelt nieuwe stevige banden voor onze verdere strijd.Voor te slapen werden ze ontvangen door militanten uit Gent. Nacht een beetje koud en met veel snurkers!

Big Dank aan alle militanten en verenigingen van Gent!