La marche continue… Le 31 mai 2013 à 15h30

Affiche_RassembleSansPapier

Faisons le constat de toutes les restrictions récentes en matière de la politique de Migration et d’Asile en Belgique. Et après avoir pris part de la marche de solidarité avec et sans papiers le mois dernier dans le but de partager ce constat avec les différentes régions et aussi avec le but de réfléchir ensemble sur comment construire ensemble une réponse à cette situation.

Le collectif sans-papiers Belgique lance un appel à un rassemblement le vendredi 31 mai 2013 à partir de 15h30 devant le cabinet de Madame Maggie de Block, au 115 boulevard de Waterloo 1000 Bruxelles (entre Porte de Hall et Hôtel de Monnaie).

Un rassemblement qui sonnera le début d’une série de mobilisations mensuelles.

Au moment où le débat est dominé par le discours des responsables politiques, un discours qui cache souvent la réalité. Un discours qui veut expliquer et convaincre que la solution à la question des personnes sans-papiers c’est le retour d’une façon ou d’une autre, et qui les qualifie de profiteurs potentiels et de criminels. Un discours d’exclusion doublée d’une répression dont sont victimes aussi les personnes solidaires.

Nous refusons de croire que c’est en interdisant aux personnes sans-papiers l’accès à l’éducation qu’on va arriver à gérer l’immigration, qu’en lui compliquant l’accès à la santé qu’on va pousser les gens à repartir, qu’en refusant le droit à la protection en cas de danger, de menaces ou de maladie grave qu’on va donner l’exemple. Des mesures qui n’ont fait qu’accentuer la précarité et la stigmatisation des personnes sans-papiers privées de séjour et des immigrés en séjour précaire. Des personnes devenues cible d’une chasse à l’homme dans les transports en commun, dans les communes et même à domicile avec la collaboration de plusieurs services.

Nous appelons toutes personnes solidaires à construire avec nous une autre réponse, une réponse qui tient en compte de la réalité de ces femmes, hommes et enfants dans leurs intérêts et l’intérêt de la société car aucune société n’a intérêt à ce qu’une catégorie ne soit poussée à la clandestinité dans une zone où ni la justice ni la loi ne garantissent l’accès aux droits fondamentaux.

Par ce rassemblement nous voulons porter la voix de cette marche sur l’espace public. Dénoncer la situation devenue encore plus dramatique  des personnes sans papiers en particulier et des immigrés en générale. Nous lançons un appel à toute personne solidaire à nous rejoindre et dire ensemble que ce n’est pas à nous de payer, et de porter la responsabilité de cette crise économique qu’utilisent les responsables politiques comme prétexte pour justifier leur ingérences.

Dans quelques mois les différents partis politiques commenceront leur campagne pour les élections de 2014. Notre message et d’appeler toutes celles et tous ceux qui parlent sur nous de venir nous parler d’abord, plutôt que faire de nous  un dossier politique ou un point dans un programme. Car derrière les chiffres et les statistiques  ce sont des vies et des Hommes. Un Homme  avec ses richesses et son histoire. Nous reviendrons chaque mois porter notre voix, exprimer notre solidarité et partager les différentes alternatives.  

Ce 31 mai ça sera aussi l’occasion de partager des photos de la marche et aussi quelques idées autour d’un repas convivial avec les voisins du quartier Béguinage à l’occasion de la fête de voisins. Une nouvelle occasion pour l’échange et la rencontre. 

La marche belge de solidarité avec ET sans-papiers :https://marchebelgique.wordpress.com/

Collectif Sans-Papiers Belgique : http://spbelgique.wordpress.com

Affiches : Tract_RassembleSansPapier_A6nb Affiche_RassembleSansPapier_A4nb

Publicités

Rassemblement de soutien à la grève de la faim devant le centre fermé du 127bis / Samenkomst in solidariteit met de hongerstakers in het gesloten centrum 127bis in Steenokkerzeel

*Rassemblement de soutien devant le centre fermé du 127bis à
**Tervuursesteenweg 300 Steenokkerzeel *

*ce dimanche 21 avril à 14h30.*

*Train gare du Nord 13 h 45 vers Leuven Arrêt Nossegem*

*Les Guinéens dans la ligne de mire de l'Office des Etrangers*

/_Grève de la faim au centre fermé du 127bis à Steenokkerzeel_/

Dix huit Guinéens ont entamé une grève de la faim depuis deux jours au
centre fermé du 127bis. Les expulsions vers la Guinée ont lieu toutes
les semaines depuis plusieurs mois. Des Guinéens sont arrêtés à l'Office
des Etrangers lorsqu'ils se rendent à un rendez-vous fixé ou à leur
domicile.

Pourtant ces Guinéens fuient un pays politiquement instable. Depuis deux
ans la Guinée n'a toujours pas de pouvoir législatif élu. Toute
manifestation de l'opposition est violemment réprimée. Ce fut le cas en
mars dernier : neuf manifestants abattus par l'armée. Et ce 18 avril
encore lors d'une manifestation de l'opposition. L'armée, souvent, opère
sous le couvert de milices armées. Les tensions ethniques sont
alimentées par un pouvoir qui applique sans réserve le « diviser pour
régner ».

Par ailleurs des zones d'ombre entourent la visite récente du directeur
de l'Office des Etrangers à Conakry. Ce dernier a déclaré que « 10.000
Guinéens résidant en Belgique seraient expulsés et qu'ils feraient mieux
d'éviter les souffrances des centres d'accueil et les rapatriements
forcés ».

La non transparence est de mise pour la délivrance des laissez-passer
par l'Ambassade de Guinée à Bruxelles pour exécuter une expulsion.

*Les Guinéens en grève de la faim protestent en bloc contre les mesures
d'enfermement et d'expulsion vers un pays où ils risquent la prison, la
torture ou la disparition. Leurs compatriotes n'ont pas de nouvelles des
expulsés et s'imaginent le pire.*

« Plutôt mourir que retourner en Guinée ! », disent ces désespérés.

Ils demandent une solidarité de l'extérieur pour les soutenir dans leur
action.

Contact : 0478/503 727

*Samenkomst in solidariteit met de hongerstakers *

*in het gesloten centrum 127bis in Steenokkerzeel*

*Zondag 21 april 2013 14 uur 30***
*Tervuursesteenweg 300 in Steenokkerzeel*

Trein Noordestation 13 u 45 richting Leuven station Nossegem

_*Guineers in het vizier van Dienst Vreemdelingenzaken*_

Hongerstaking in detentiecentrum 127bis in Steenokkerzeel

Achttien Guineêrs zijn een hongerstaking begonnen sinds twee dagen in
het detentiecentrum 127bis. Deportaties naar Guinee gebeuren wekelijks
sinds verschillende maanden. Guineanen worden thuis of bij een afspraak
op Vreemdelingendienst gearresteerd.

Nochthans vluchten de Guineers een zeer politiek onstabiel land.Sinds
meer dan twee jaren heeft Guinee geen verkozen wetgevende macht. Elke
demonstratie van de oppositie werd met geweld onderdrukt. Dit was het
geval in Maart: negen demonstranten werden gedood door het leger. En een
nieuwe betoging van de oppositie op 18 april werd opnieuw met geweld
onderdrukt. De militairen opereren vaak onder het mom van gewapende
milities.

Ook zijn er twijfels rond het recente bezoek van de directeur van
Vreemdelingendienst in Conakry. Laatstgenoemde verklaarde dat "10.000
Guineanen die in België wonen zouden worden gedeporteerd en ze zouden
beter kiezen voor te vertrekken om gedwongen terugkeer te voorkomen."
Er bestaan ook serieuze twijfels over de wettelijkheid van de laissez
passers geleverd door de Guinese ambassade om een deportatie mogelijk te
maken.

*De Guineanen van het gesloten centrum 127 bis zijn in hongerstaking uit
protest tegen hun opsluitingen en uitzettingen naar een land waar ze
geconfronteerd zullen worden met gevangenis, martelingen of
verdwijningen. Sommigen van hen werden reeds gedeporteerd. Hun vrienden
hebben geen enkele nieuws van hen en zijn zeer ongerust. *

*"Liever sterven dan terugkeer naar Guinee! "Zeg deze wanhopige.*

Ze vragen solidariteit van de buitenwereld om hun actie te ondersteunen.

Kontakt : 0473628733

Appel à la solidarité avec les guinéen-ne-s enfermé-e-s / Oproep tot solidariteit met de opgesloten Guineeërs

Appel à la solidarité avec les guinéen-ne-s enfermé-e-s. Appel à l’ arrêt de toutes les expulsions !

Alors qu’une soixantaine de personnes marchent à travers la Belgique afin de montrer leur détermination à lutter contre les politiques fascistes et racistes, d’autres subissent de plein fouet la répression.

Une trentaine de guinéen-ne-s sont rassemblé-e-s dans plusieurs des six prisons pour étranger-ère-s de Belgique. Cette grande concentration d’une même nationalité nous laisse penser à la possibilité d’une expulsion collective par vol militaire vers la Guinée. Des vols collectifs sont régulièrement organisés par la Belgique conjointement avec d’autres pays Européens vers la Guinée, le Nigéria, la RDC, l’Albanie, …..

Nous nous opposons fermement à ces expulsions collectives ainsi qu’aux expulsions individuelles !

Les autorités Belges et Européennes manquent cruellement de respect envers les migrants qu’elles persécutent et chassent dès leur arrivée sur le sol qu’elles considèrent comme le leur ! Ces autorités prennent des mesures injustes et inhumaines. Tant qu’il y aura des politiques migratoires, il y aura des rafles, des centres fermés, des expulsions. Nous nous opposons à toute gestion des flux migratoires, car nous considérons que chacun doit être libre de s’installer et de circuler où bon lui semble !

Nous exprimons notre solidarité avec tous les migrant-e-s enfermé-e-s et expulsé-e-s de force et ici particulièrement avec les Guinéen-ne-s. Certain-e-s d’entre eux/elles vivent en Belgique depuis des années, se sont installé-e-s ici et y ont construit leur vie. D’autres, arrivé-e-s depuis peu, passent d’une persécution à une autre. Par exemple, celle de la Guinée, où règne des conflits politiques et ethniques graves, à celle des pays européens qui ont décidé de faire une guerre inconditionnelle contre les migrant-e-s.

L’occident pompe les richesses naturelles des pays africains. La Guinée est l’un des pays qui a été appauvri par la colonisation et la post-colonisation occidentales. Ce pays continue d’être pillé par les pays européens de ses sous-sols riches en diamant, en or et qui constitue une des premières réserves mondiales en bauxite (permettant la fabrication d’aluminium).

Nous refusons cette immigration sélective pratiquée par nos politiques, où l’étranger-ère est toléré-e uniquement en tant que force de travail ou, pendant les guerres, en tant que chair à canon.

Nous refusons que les intérêts économiques soient le moteur des rapports sociaux. Nous refusons que seuls les riches puissent décider librement du lieu où ils peuvent s’installer et s’épanouir.

Nous exigeons :

  • La liberté de circulation et d’installation pour tous

  • L’arrêt de la chasse aux migrant-e-s et personnes sans papiers

  • La suppression des politiques de migrations racistes et discriminatoires

  • La fermeture des centres fermés

  • L’ arrêt des expulsions.

La marche de solidarité avec ET sans-papiers

————————————————————————————————

Oproep tot solidariteit met de opgesloten Guineeërs. Oproep tot het stoppen van alle uitwijzingen!

Terwijl een zestig mensen door België marcheren, vastberaden om te vechten tegen het fascistische en racistische beleid, ondergaan anderen de gevolgen van dit repressief beleid.

Een dertig Guineeërs werden samengebracht in een zestal gevangenissen voor buitenlanders, verspreid over België. Dit hoge aantal mannen en vrouwen van dezelfde nationaliteit doet het vermoeden rijzen dat het gaat om een collectieve uitzetting via militaire vlucht naar Guinee. Dergelijke collectieve vluchten naar o.m. Guinea, Nigeria, Congo (DRC), Albanië… worden regelmatig georganiseerd door België, in samenwerking met andere Europese landen.

Wij verzetten ons bijzonder fel tegen zowel deze collectieve als individuele uitzettingen!

De Belgische en Europese overheid negeert op gruwelijke wijze alle respect voor migranten. De vervolging van en de jacht op migranten vanaf hun aankomst op het Europees grondbebied die de autoriteiten als hun persoonlijk bezit beschouwen. Deze autoriteiten nemen onrechtvaardige en onmenselijke maatregelen. Zolang er een migratiebeleid bestaat, zullen er razzia’s, gesloten centra, deportaties bestaan. We verzetten ons tegen elke beheer van de migratiestromen, omdat we geloven dat iedereen vrij moet zijn om zich te installeren en te verplaatsen waar hij wil!

Wij betuigen onze solidariteit met alle opgesloten en met geweld uitgedreven migranten en in dit geval in het bijzonder met de Guineeërs. Sommigen onder hen leven al jaren lang in België, hebben zich hier gevestigd en hebben hier hun leven opgebouwd. Anderen, recenter gearriveerd, komen van de ene vervolging in de andere terecht. Bijvoorbeeld van Guinee, geteisterd door ernstige politieke en etnische conflicten, en Europese landen die hebben besloten om een onvoorwaardelijke oorlog te voeren tegen migranten.

Het Westen pompt natuurlijke rijkdommen uit Afrikaanse landen. Guinee is één van die landen die op catastrofale wijze verarmde als gevolg van het Westers kolonialisme en post-kolonialisme. Het land wordt nog steeds geplunderd door de Europese landen die azen op de ondergrondse rijkdommen zoals diamanten, goud en bauxiet (voor de productie van aluminium) waarvan Guinee één van de grootste reserves bezit wereldwijd.

Wij verwerpen dit selectief immigratiebeleid door onze beleidsvoerders waarbij vreemdelingen enkel worden getolereerd als arbeidskrachten, of tijdens oorlog, als kanonnenvoer.

Wij verwerpen de economische belangen als drijvende kracht van sociale relaties. We verwerpen de realiteit waarbij enkel de rijken vrij kunnen beslissen waar ze zich vestigen en leven.

Wij eisen :

  • Vrij verkeer en verblijf voor allen

  • Het stopzetten van de jacht op migranten en mensen zonder papieren

  • Het stopzetten van een racistisch en discriminerend migratiebeleid

  • De sluiting van de gesloten detentiecentra

  • Het stoppen  van alle uitzettingen.

Solidariteitsmars van Mensen met EN zonder papieren